• Le candomblé: fin de la cérémonie

    Une femme reste allongée par terre, immobile, rigide. Ils mettent uin tissu blanc sur elle, comme un linceul, et une femme à côté d´elle surveille que personne ne lui marche dessus. Plus tard elles l´emporteront, toujours aussi rigide, et nous entendrons ses cris quand elle sortira de sa transe.
    Deux hommes sont portés et installés dans des fauteuils, ils n´en bougeront pas de la soirée, c´est le jour de leur accueil parmi les filhos de santos. Chacun et chacune des initiés vient leur rendre hommage.
    Les Mãe de santo font leur entrée avec des masques de paille. danses très longues, rythmées, ponctuées de plongées en avant et de cris rauques. Ces femmes plutôt âgées dégagent une énergie spectaculaire. A la fin elles font le tour de toute l´assistance pour serrer chacun dans leurs bras et leur transmettre leur énergie. J´y ai eu droit aussi, c´était très impressionnant.

    Pendant toute la soirée, de temps en temps des boissons et aliments étaient offerts à toutes les personnes présentes. D´abord du soda de guarana et des gâteaux, puis des plats et des acarajé.
    Vers la fin- la cérémonie a duré plusieurs heures- nouvelle entrée d´une dizaine de femmes, costumées, représentant les différents orishas. Et bien sûr nouvelle danse.
    Rythme, énergie, transe, chaleur, respect, partage. Un mélange étrange, marqué d´une grande authenticité, porteur d´une histoire riche, de douleur et d´identité. Il est imprégné de la force des noirs qui ont su malgré la violence et l´esclavage trouver ce chemin pour garder leur culture. Dans cette boutique du marché São Joaquim, un exemple vivant de ce synchrétisme religieux. Au 1er plan, l´orisha Lemanja, reine de la mer.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :