• Le candomblé: femmes en transes

    La cérémonie est en langue bantoue. Une trentaine de femmes entrent, habillées à la bahiannaise, de tissus blancs et de dentelles. Ce sont les filhas de santos, initiées au candomblé. Avec elles, seulement 3 hommes. Elles dansent longtemps, rythmes. Peu à peu certaines entrent en transes, les yeux fixes, agitées de tremblements, elles se penchent violemment en avant en se tenant le ventre; elles poussent des cris rauques ou des gémissements. Souvent elles secouent les épaules violemment, titubent. Les autres les soutiennent et les guident.
    Ces transes correspondent à la possession par la divinité, l´entité, qu´ils appelent orisha. Il y en a une dizaine. Iansa est l´une d´entre elles.
    A chaque danse, de nouvelles femmes entrent en transe. Parfois aussi quelqu´un dans le public. Ici un homme ne peut plus tenir sur ses jambes, les femmes le soutiennent jusqu´à la sortie de la salle.
    On ne pouvait pas faire de photos, alors voilà d´autres bahiannaises, dans le même costume que celles du candmblé... celles ci participaient à une procession de Notree Dame de la Conception!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :