• Haïti au coeur

    C'était il y a deux ans. Combien de ces enfants sont aujourd'hui en vie? Combien ont toujours leurs parents? Impossible de le savoir et mon coeur se serre en pensant à eux. Ils squattaient un ancien hôtel d'un quartier de Port-au-Prince à l'abandon, Martissant. Un bâtiment de 3 étages abritant près de 1000 personnes. L'urgence bien sûr (et ma préférence dans l'urgence irait au Secours populaire français, dont l'efficacité sur le terrain est sûre http://www.secourspopulaire.fr) mais aussi la colère. Combien de morts aurait fait le même séisme dans une autre capitale? Quelle efficacité aurait-on pu y attendre des secours? Comment se serait passée la reconstruction? 

    L'urgence aujourd'hui, c'est aussi d'annuler en totalité la dette d'Haïti et de reconnaître ce que nous, les pays d'occident, et au tout premier chef la France, lui devons. Une dette inacceptable et coloniale: Haïti, premier état noir indépendant, a dû PAYER son indépendance, et la France, qui avait tant profité de la richesse économique d'Haïti, a continué à pomper les moindres ressources de ce pays. Sans compter l'appui à la dictature des Duvalier, la multiplication d'une dette qui ne profitait en rien au peuple d'Haïti, mais au contraire organisait la répression et la misère.

    La France n'est pas la seule, les Etats Unis y ont largement pris leur part.

    Oui il y a urgence, à annuler la dette, à aider Haïti, non pour reconstruire le pays à la mode néo-coloniale, mais pour aider les Haïtiens à le reconstruire, dans le respect total de leur indépendance.

    Nous le leur devons bien.


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :