• Election présidentielle au Vénézuela

    J'ai eu l'occasion de participer comme observatrice internationale au suivi de l'élection présidentielle du 3 décembre 2006 au Venezuela. Passionnant. Et un constat unanime des centaines d'observateurs venus de nombreux pays : une mobilisation populaire exceptionnelle, une vraie fête politique, un scrutin d'une transparence exemplaire, qui a permis une large réélection d'Hugo Chavez.

  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Décembre 2006 à 19:11
    Blogg riche de belles photos.. :-))
    ça donne envie de découvrir ces terres lointaines.. Cette fois-ci, de nombreux pays de l'Amérique du Sud sont passés à gauche..
    2
    Samedi 30 Décembre 2006 à 10:26
    terres lointaines
    Oui, Agnesé, l'Amérique latine, c'est passionant. mais il faut prendre le temps d'être disponible, comprendre les gens. Il y a des problèmes immenses mais un dynamisme impressionnant. J'ai vu la manif pour Oaxaca sur ton blogg. Y étais-tu? J'y étais.
    3
    Dimanche 31 Décembre 2006 à 17:43
    Le caudillisme...
    Le malheur c'est cette tendance latino-américaine (voire plus générale encore) à chercher l'homme providentiel... El caudillo... Ce chef de guerre qui mène sa bande à la victoire, comme lors de la reconquista ! C'est dommage, car je pense que les gauches latino-américaines auraient beaucoup à gagner de s'éloigner des chefs charismatiques... Les sandinistes avaient bien essayé de mettre en place une direction collégiale du Nicaragua. Cela n'a pas duré. Ortega est à nouveau président mais combien de compromis pour quelques maigres voix (comme le vote avec la droite de l'interdiction de l'avortement thérapeutique)... Oaxaca c'est autrechose : pas de chefs charismatiques et une base qui aspire au changement ! Mazeo
    4
    Mardi 2 Janvier 2007 à 08:06
    caudillisme
    Mazeo, c'est vrai pour l'homme providentiel.Il y a même un lien direct, très fort, entre Chavez et le peuple. Quasi pas d'intermédiaires, avec la force immédiate et la fragilité à terme que ça induit. Mais le peuple est très investi dans l'exercice de ce pouvoir.Il y a un vrai processus avec le pouvoir d'état et le peuple. A Oaxaca il y a le peuple debout et la répression.J'ai vu ton blog. J'aime beaucoup.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :