• Cest un parc naturel, au nord de Brasilia, dans lEtat de Goias. Un paysage de montagnes couvertes darbres et darbustes quon pourrait prendre de loin pour des chênes verts, mais la végétation est très diverse. Une zone désertique avec des paysages lunaires, et de nombreuses cascades, certaines très hautes.

    Je me suis baignée, seule dans cette nature vierge, en luttant pour ne pas être emportée par le courant... une impression dorigine du monde. Jy suis restée jusquau coucher du soleil, sans voir âme qui vive.


    votre commentaire
  • Dans louest du Bresil, en dessous de lAmazonie, il y a une région plate, très sauvage, le Pantanal. Je suis allée au Nord, en partant de Cuiabà. Jai beaucoup aimé, et en plus il na pas plu, le luxe! Dans peu de temps, une bonne partie de la région sera innondée, et on ne pourra circuler quen bateau.
    Les animaux sont très peu peureux parce que cest un espace protégé (grand comme la moitié de la France). Ca nempêche pas quà certains endroits les trafiquants et chasseurs font des ravages, en soudoyant la police apparemment...

    Donc jai vu des tas doiseaux multicolores, photographié une grosse tarentule poilue, regardé dans les yeux des caïmans pas très grands et franchement placides. Dailleurs souvent il ny a que les yeux qui dépassent de leau, et ils vous regardent en clignant de loeil. Si on sapproche, ils plongent.Ils sont des milliers.

    La nuit on voit mieux les animaux, sauf les oiseaux, parce quils recherchent la chaleur sur la route de terre, surtout les caïmans. Quand on arrive ils râlent un peu, et sen vont en se dandinant sans se presser.
    Il y a aussi des ´´cochons deau´´, les capybara, en réalité ce sont les rats les plus grands du monde. Ils ressemblent à des hamsters marrons qui feraient 80 cm de haut. Ils se vautrent dans leau et mangent des plantes aquatiques. La nuit, ils sont nombreux par bandes sur la route.
    Il y a aussi des cerfs, des cochons sauvages qui ressemblent beaucoup à des cochons domestiques, mais avec un groin très long. Et puis des tapirs et des jaguars, mais je nen ai pas vu.


    votre commentaire
  • Jai même pêché des piranhas, sur une barque, avec une canne à pêche. La rivière était large, très belle et tranquille, juste troublé par quelques sauts de poissons et par le museau et les yeux des caïmans qui glissaient en laissant un léger sillage.Cest un adolescent, Aparecido, qui ma appris en riant à attraper les piranhas.

    Il y a intêret à faire attention en les décrochant de lhameçon, cest que ça mord sérieusement! Ils ont beaucoup de force pour des petits poissons comme ça, ceux là ne faisaient pas plus de 15 cm de long sur 10 de haut. Ils tirent sur la ligne et jai dû faire un tel effort pour en sortir un quil a fait un vol plané par dessus moi pour retomber dans leau de lautre côté de la barque. Celui là a eu la vie sauve... Les indiens leur attribuent des vertus aphrodisiaques, et ils appellent la soupe de piranhas ´´soupe de viagra´´.


    votre commentaire
  • Un paysage plat, quelques grands arbres tourmentés, trés beaux. Pour le reste, ce sont surtout de petits arbres et des buissons, juchés sur les parties les moins inondées. Mais la flore est très diversifiée, comme la faune.

    Il y a aussi partout des termitières, une multitude. Certaines sont dans les arbres (les termites vont manger les arbres voisins et nattaquent pas le leur!), soit directement sur le sol, en détranges cônes gris clair, en forme de pain de sucre, souvent de plus dun mètre de haut, et distants les uns des autres de quelques mètres. Pas bêtes, les termites: leurs constructions sont à peu près étanches, et lorsque le champ est inondé, ils se réfugient au sommet du cône et attendent la décrue. Dommage, je nai pas eu le réflexe den photographier.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique