• Brasilia, ville étrange. Ceux qui y vivent semblent y aimer la qualité et la facilité de la vie, la circulation sans problèmes, les grands parcs, les nombreux équipements, le peu de pollution. Le climat y est trop sec mais cest compensé par la présence de leau partout, fontaines, lacs... Pour moi, autant cette ville est unique, par lexpérience de sa création utopique, lespace, les événements architecturaux magnifiques, autant il sen dégage une impression de ville de fiction, hors du pays, hors du temps, concentrant dans un cadre strictement prédéfini les fonctionnaires et les élus qui president aux destinées du Brésil. 

    Jai profité de loccasion pour en rencontrer quelques uns, pour essayer de (un peu) mieux comprendre la situation politique au Brésil. Ici, les services de la Chambre et du Sénat.


    votre commentaire
  • Brasilia a été inaugurée en 1960. Cétait la volonté politique dun homme, le président Jucelino Kubitchek, qui a confié à 3 grandes figures de lurbanisme, lurbaniste Lucio Costa, larchitecte Oscar Niemeyer et le paysagiste Burle Marx, de concevoir cette capitale du futur. Construite en 3 ans, à marches forcées, par les paysans du Nordeste, tout y est planifié, prévu, organisé: les secteurs résidentiels, commerciaux, financiers, administratifs, chacun à une place prédéfinie dans le moindre détail... Chaque ''quadra'', découpage territorial en carrés, est calibré (hauteurs, type de construction, nombre dimmeubles, descaliers etc...).


    votre commentaire
  • Le point culminant est lAxe Monumental, qui aboutit à la place des Trois Pouvoirs (législatif, éxécutif et judiciaire). Brasilia se déploie de part et dautre de cet axe, avec la symétrie et le forme de deux ailes davion. 

    Ce bâtiment lá est celui de la Justice, qui fait contrepoids au Palais du gouvernement.


    votre commentaire
  • Au centre de la place, la statue de Bruno Giorgi, Os Candangos. Monumentale et pourtant souple et vivante, elle est dans une totale harmonie avec lensemble de la place.


    votre commentaire
  • Larchitecture donne un vrai choc, même si on sy attendait. Imposante mais douce, formes pures, nettes, mais jamais raides. Décidement jaime beaucoup Niemeyer. Et lespace public dans lequel sont implantés les batiments en est une des dimensions essentielles, comme lest aussi limmense ciel de Brasilia.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique