• Bolivie, une mine à Potosi

    Une expérience que j'ai envie de vous faire partager (pas drôle, mais ca existe):
     
    En Bolivie, à Potosi, j'ai visité une mine coopérative, où les mineurs ont des conditions de travail vraiment du 19e siècle.
    Potosi, à 4000 m d'altitude, était une ville très riche, avec des mines d'argent, au 17e siècle. Plus tard sa splendeur a chuté avec le prix du minerai d'argent. Sur la photo, c'est une procession pour l'enfant Jésus... mais les petites carrioles sont couvertes d'objets en argent: plats, fourchettes etc, en l'honneur de cet argent qui a fait la richesse de la ville... et la souffrance de son peuple. 
    Depuis, les mines ont en partie continué, avec aussi d'autres métaux. La montagne est devenue un gruyère, ou encore 8000 mineurs travaillent, dans plus de 150 entreprises, dont beaucoup de coopératives.
    En 400 ans, 7 à 8 millions d'ouvriers y sont morts de silicose, d'épuisement, d'accidents.
     
    Dans les coopératives, chaque ouvrier achète son matériel, y compris dynamite, détonateurs etc... au marché des mineurs. Tout ca est en vente libre, y compris aux gamins.
     
    Quand on visite, en petits groupes, on est avec les mineurs, et on passe à quatre pattes dans les boyaux suffocants et en pente qui sont leur passage normal. Au fond, une chaleur si insupportable qu'ils ne peuvent meme pas se mettre un chiffon devant la figure pour se protéger de la poussière. Si on le fait, on ne peut carrément plus respirer.
     
    Pas étonnant qu'ils soient tous à mastiquer des feuilles de coca, qui leur font comme une énorme boule sous une joue. Ils oublient la faim et la fatigue avec ça, ils utilisent par dessus une sorte d'anesthésiant, je ne sais pas ce qu'est ce produit.
     
    Depuis 4 ans, ils ont un treuil électrique qui remonte du fond des énormes sacs (200kg) remplis du minerai que les mineurs amènent dans des wagons de 2 tonnes qu'ils tirent avec des cordes et qui déraillent tout le temps. Avant, tout ca était remonté par ces couloirs étroits, à dos d'homme, par sacs de 50 kg.
     
    Espérance de vie: 45 ans, la plupart silicosés en quelques années.
     
    Comme ils sont payés à la production, certains se font aider par leurs enfants, ou les enfants d'autres mineurs. Ils sont habitués à cette idée depuis tous petits, et il n'y a pas d'autre travail. C'est comme ca qu'ils l'expriment. Beaucoup ne savent pas lire.
     
    S'ils ont un accident ou une maladie, aucune couverture, sauf pour ceux qui ont pu adhérer à la coopérative (se fait au bout de 4 ans de travail, moyennant une somme importante, donc ils sont minoritaires).
     
    Dans les entreprises privées, la situation est meilleure (couverture sociale, machines, meilleurs salaires) mais il y a peu d'emplois et ils ne veulent que des jeunes...
     
    Autre chose: pour séparer les différents métaux, ils utilisent dans un atelier de l'acide sulfurique, du cyanure et autres joyeusetés, sans protection aucune pour le personnel, et tout ca va se déverser dans une rivière qui va ensuite en Argentine... ils appellent ça le Rio Negro! Bon, enfin, une horreur.
    Je n'ai pas de photos de la mine, mais vous pouvez en trouver sur le site de Pierre et Marie Elise, suisso-camerounais qui faisaient le tour du monde et étaient avec moi ce jour là: http://tdm.duperrier.net

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :